French (Fr)English (United Kingdom)Deutsch (DE-CH-AT)

                                                                           priscille_lachat-sarrete

Concert du 11 novembre 2010


Chapelle Notre-Dame-de- Compassion, Paris

Priscille Lachat-Sarrete violon
& Saïda Zulfugarova piano







 

Ludwig van Beethoven (1770-1827): Sonate n°7 en ut mineur op.30 n°2
Allegro con brio, Adagio cantabile


 

Oeuvre sombre et passionnée, aux accents virtuoses, presque fataliste tellement le premier motif est pregnant, cette sonate est contemporaine de la deuxième symphonie et du concerto pour piano n°3 en sol majeur.


Franz Schubert (1797-1828): Sonatine en la mineur D.385
Allegro moderato



 
On sent l'influence de Mozart dans cette oeuvre fraîche et dynamique. A tour de rôle un instrument accompagne l'autre, transmettant une certaine inquiétude dans le premier thème, rassurant au contraire avec des triolets joueurs dans le second thème.


Antonin Dvorak (1841-1904): Sonatine en sol majeur op.100
Larghetto, Scherzo: Molto vivace



 

Dvorak composa cette sonatine en 1893 pour ses enfants afin de célébrer joyeusement une fête de famille. Dans le larghetto très expressif, il s'est inspiré de mélodies indiennes. Le scherzo est vif et pétillant.


azeri2 azeri1



Concert du 27 janvier 2009

Hôtel Westin, Paris
Priscille Lachat-Sarrete violon & Saïda Zulfugarova piano

Sergueï Rachmaninov: Vocalise op.34 n°14


 

Une vocalise est un mélisme développé sur une voyelle pour en accentuer le caractère décoratif ou virtuose. Avant de devenir un exercice de chant, on prêtait aux vocalises un caractère magique, car elles pouvaient exprimer la joie par la musique, sans paroles. Le compositeur et pianiste russe Sergueï Rachmaninov composa cette vocalise en 1912 pour la soprano Antonina Nezhdanova, à une période où il était hanté par la peur de la mort. « On ne peut pas vivre si c'est pour mourir, comment supportez-vous l'idée d'être mortels ? » disait-t-il.





Concert du 8 juin 2007

Maison du Japon, Paris
Priscille Lachat-Sarrete violon & Ziad Kreidy piano

Olivier Messiaen: Thème et variations pour violon & piano


 

Composé en 1932, ce Thème et variations fut un cadeau de mariage pour sa première épouse, Claire Delbos. Messiaen y utilise certains de ses célèbres modes à transposition limités.






 

                                                                                                          kreidylachat1

Concert du 24
novembre 2006               

Maison de Norvège, Paris
Priscille Lachat-Sarrete violon
& Ziad Kreidy piano

 













Ole Bull: Et Saeterbesøg



 

Ole Bull fait partie des violonistes virtuoses très célèbres au XIXe siècle. Il traversa maintes fois l'Europe, et ses tournées le menèrent aussi en Amérique en 1843, de New York à San Francisco en passant par Cuba et Panama. Il acquit plusieurs instruments exceptionnels, dont un Guarnerius del Gesù et un Gasparo da Salo, le plus grand luthier italien avant Stradivarius. Il joua en concert à Leipzig avec Mendelssohn pour présenter son nouvel instrument au public. Amoureux inconditionnel de son pays, il appréciait le Hardangerfele, violon traditionnel norvégien, encouragea le jeune Edvard Grieg alors âgé de quinze ans en l'aidant financièrement pour partir étudier en Allemagne et fit construire sur ses propres deniers le premier théâtre norvégien.

Ses compositions ne reflètent que partiellement son art, car il était un maître de l'improvisation et compensait ce qu'il ignorait de la théorie par son talent à enchanter le public par sa sonorité et son staccato légendaire. En 1876, il fêta ses 66 ans en jouant Et Saterbesøg en haut d'une des pyramides de Keops en Égypte.


 

Johannes Brahms, Sonate pour violon et piano n°2 en la majeur op.100:
Allegro amabile (mouvement 1)





Composée en 1886 sur les bords du lac de Thun en Suisse, la 2e sonate en la majeur op. 100 de Johannes Brahms, est toute imprégnée de lieder (« Wie Melodien zieht es mir leise durch den Sinn » et « Auf dem Kirchhof »). Le violon, considéré comme l'instrument au timbre le plus proche de la voix humaine, chante pendant toute la sonate.


 

Clara Schumann: Romance pour violon et piano op.22 n°3
 




« Rien ne peut dépasser la joie de composer soi-même et d'entendre ensuite son œuvre », confia Clara Schumann en 1846. Clara Schumann, née Wieck, fut très tôt attirée par la composition. En 1830, la jeune virtuose de onze ans, adulée dans toute l'Europe, publia sa première œuvre, Quatre Polonaises op.1, devançant son futur époux Robert Schumann. Ses Trois romances op. 22, dédiées en 1853 « à l'illustre ami et musicien Joseph Joachim » sont des pièces romantiques et sensibles. La musique ne prend sens que par le jeu des deux instruments ensemble. En effet, les mélodies présentées au violon sont assez simples mais les harmonies et la diversité de l'accompagnement les rendent charmantes et contrastées.






Haut de Page 





     © Propriétaire du site: Priscille Lachat-Sarrete, 36 rue du Ranelagh, 75016 Paris